samedi 31 mars 2012

L’État veut votre ADN: des "enquêtes de santé" sont effectuées par Statistiques Canada à des citoyens "pigés au hasard"...

* Témoignage d'une maman du Québec qui fait état d'enquêtes et de prélèvements d'ADN douteux qui sont effectués sur des personnes âgées entre 6 et 79 ans qui acceptent de répondre à un long questionnaire et de faire un bilan de santé global dans des "cliniques mobiles" de Statistiques Canada.  En plus des paramètres observés et analysés lors de ces enquêtes, il est proposé de faire des prélèvements d'ADN sur les volontaires, lesquels reçoivent une compensation de 100$ en échange de leur "implication citoyenne", pour les "avançées de la science"... 

VOICI LES DOCUMENTS ET L'INFORMATION FOURNIE SUR LE SITE DE STATISTIQUES CANADA À L'ADRESSE SUIVANTE:
http://www23.statcan.gc.ca:81/imdb/p2SV_f.pl?Function=getSurvey&SDDS=5071&lang=en&db=imdb&adm=8&dis=2

J'AJOUTE, EN BAS DE PAGE, LES POINTS D'INTÉRÊT.

Témoignage d'une mère sur le blog du  journal Voir.ca:

Notre adresse a été pigée au hasard et j’ai donc dû répondre à des questions assez générales. À la suite du questionnaire, les deux enfants du «ménage» ont été sélectionnés, toujours au hasard, pour répondre à un questionnaire plus pointu et pour aller faire des examens de santé. Ces examens de santé sont faits sur une base volontaire, quand même.

Ma fille de 17 ans était bien intéressée par la démarche, curieuse surtout de faire un bilan de santé complet, et de recevoir 100$ en bout de ligne à titre de dédommagement.

Après qu’elle ait rencontré les intervieweuses, elle est revenue à la maison avec un dépliant expliquant en détail les examens qu’elle allait devoir passer, à St-Sauveur, dans une clinique mobile.

C’est à la toute fin de ce dépliant que j’ai lu qu’on allait lui faire signer un formulaire de consentement à donner son ADN. Sans explication. Juste comme ça, pour «la recherche en génétique».

J’ai évidemment refusé que ma fille donne son ADN et j’ai effectivement pu constater qu’il y a une case particulière à cocher concernant l’ADN. Or, dans le cadre de cette étude, les ados de 14 ans et plus peuvent consentir à tout, sans l’accord de leurs parents, y compris au don d’ADN.[1]

Ma fille est allée faire ses examens à la clinique mobile. Elle y a réitéré son intention ne pas donner son ADN et l’infirmière semble avoir respecté ce choix.

Sauf que je me questionne encore. Que veut faire notre gouvernement avec notre ADN?

Donner son ADN, c’est pire que d’afficher sur le toit de sa voiture son numéro d’assurance sociale et sa date de naissance. C’est pire que d’ouvrir un site web pour y inscrire ses numéros de cartes de crédit, incluant le petit nombre à 3 chiffres qui est derrière.

On ne donne pas son ADN, sauf pour des recherches précises, encadrées par des chercheurs sérieux, qui vous expliquent clairement en quoi consiste leur travail, à quoi vous engage votre consentement et à quel moment les échantillons serons détruits.

Mon amie Isabelle Iltis, PH.D., chercheuse à l’Université du Minnesota, m’écrivait ceci :

«Si l’explication qu’on donne aux gens pour prélever leur ADN, c’est la photo que tu as montrées au-dessus, Il y a quelqu’un chez-vous qui n’a pas fait son boulot correctement :

Nous devons dire, par exemple «nous cherchons le gène responsable de la maladie de «Trucmuche», et votre ADN va servir puisque cette maladie est présente dans votre famille», ou bien «puisque vous n’avez pas la maladie de Trucmuche dans votre famille, votre ADN va servir de «référence saine» pour identifier les mutations». Bref, il faut expliquer. Et expliquer aussi comment sera préservé l’anonymat de ce précieux ADN, et dans combien de temps, et comment, l’échantillon sera détruit à l’issue de l’étude». On ne peut pas dire «donnez –nous votre ADN, ca va servir.» Il faut dire à quoi ça va servir. On n’est pas des boeufs.

Elle a terminé en m’invitant à lire La Vie Immortelle d’Henrietta Lacks, roman qui explique semble-t-il tellement bien pourquoi les comités d’éthique scientifique sont si indispendables.

Mon ami David Hughes, philosophe et doctorant en bioéthique à l’Université de Montréal, en tenu sensiblement les mêmes propos.

Évidemment, en droit criminel, la découverte de l’ADN a permis de résoudre de fausses condamnations, et d’éviter des erreurs judiciaires.

Mais d’un autre côté, on laisse son ADN partout. À la banque, si on prend un numéro, qu’on le tient entre ses lèvres parce qu’on a les mains pleines, et qu’arrivé au comptoir on le laisse tomber dans la corbeille, on vient d’y laisser son ADN. Si plus tard un vol est commis à cette banque, qu’on récupère l’ADN dans la corbeille, et qu’un recoupement est fait avec notre ADN déjà donné pour «la recherche», il y a un problème. On risque de vivre quelques soucis inutiles.

C’est un exemple grossier, à dessein.

C’est que je ne suis pas scientifique.

Je souhaiterais vivement que des chercheurs, philosophes, éthiciens, généticiens, prennent l’espace commentaires sous ce billet pour bien expliquer en quoi l’ADN est intime, et en quoi les chercheurs doivent être prudents lorsque vient le temps d’en récolter des échantillons. Qu’on nous explique aussi quels pourraient être les résultats fâcheux d’une mauvaise procédure.

Mais la règle générale, c’est qu’on ne donne pas son ADN. Même pas au gouvernement.






[1] En droit des personnes, les jeunes peuvent consentir à des soins requis par leur état de santé sans l’accord d’un adulte. Je n’ai jamais lu au Code civil, ni dans une quelconque décision, que les jeunes de 14 ans pouvaient participer à des études médicales. Je ne suis pas civiliste, mais je crois qu’il y a là un problème. Merci à mes collègues de bien vouloir commenter

CLINIQUE MOBILE DE STATISTIQUES CANADA DANS LES LAURENTIDES:
http://editionap.ca/?p=2397

* Portez attention au type de questions posées, elles dépassent de loin le "bilan de santé" des membres de la famille.  Statistiques Canada s'intéressent à votre vie privée, à votre intimité, à des informations strictement confidentielles.  C'est outrageux!
QUESTIONNAIRE TÉLÉPHONIQUE DE STATISTIQUES CANADA:
http://www23.statcan.gc.ca:81/imdb-bmdi/instrument/5071_Q2_V1-fra.htm

QUESTIONNAIRE EN CLINIQUE MOBILE ET PROCÉDURES D'EXAMEN CLINIQUE:
http://www23.statcan.gc.ca:81/imdb-bmdi/instrument/5071_Q1_V1-fra.htm

vendredi 30 mars 2012

Selon le journal italien "Il Foglio", Mohamed Merah aurait voyagé à l'étranger, avec une couverture des services secrets français

Le futur terroriste s'est rendu en Israël, puis au Pakistan et en Afghanistan. Les versions des différents services secrets diffèrent.
 
Le cas du jeune Français d'origine algérienne qui a revendiqué la responsabilité de l'assassinat de sept personnes à Toulouse et Montauban au nom d'Al-Qaida a ouvert une guerre des services secrets. Selon des sources appartenant aux renseignements qui ont parlé avec notre journal Il Foglio, la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE), qui est l'agence française en charge de l'espionnage et du contre-terrorisme à l'extérieur du pays, a obtenu pour lui - en tant qu'informateur - une entrée en Israël en Septembre 2010, à travers un poste de contrôle à la frontière jordanienne. Le Français Mohammed Merah, est entré en tant que "touriste", est resté trois jours et est ensuite retourné en Jordanie, où il s'est envolé pour l'Afghanistan. Son entrée en Israël, couverte par les Français, était censé prouver au réseau djihadiste sa capacité à passer les frontières avec un passeport européen.

Cette information n'est pas confirmée officiellement mais un article paru hier dans le journal Haaretz, cite des sources du Shin Bet, les services secrets israéliens. L'article de Haaretz confirme l'entrée en Israël de Merah, mais il ajoute que selon le Shin Bet, il n'y a aucune trace de l'arrestation du tueur à Jérusalem pour port d'un couteau, comme le prétend Le Monde dans un entretien avec Bernard Squarcini, chef de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), le service du contre-espionnage français. Il est également difficile de savoir si oui ou non Merah s'est également rendu dans les territoires palestiniens. En bref, dix-huit mois plus tard, il y a deux versions contradictoires, on ne sait pas si le Français a été arrêté ou non, et où il est allé, et les services intérieurs israéliens démentent les dires du chef du service intérieur français.

C'est aussi le cas avec le renseignement militaire du Pakistan. La semaine dernière, lorsque les journaux français les premiers écrit que Merah avait voyagé au Pakistan à deux reprises et avait subi une formation dans des camps au Waziristan, le gouvernement pakistanais a nié: "Il n'est pas entré dans le pays". Dimanche, au contraire, les services secrets pakistanais et les Talibans pakistanais qui ont à plusieurs reprises montré qu'ils étaient liés par un réseau d'alliances, sont brusquement devenus très bavards.

Un porte-parole des Talibans de la région du Waziristan, Ahmed Marwat, a téléphoné aux agences Reuters et Associated Press et leur a déclaré que, oui, Merah avait subi un entraînement avec eux, réfutant ainsi le gouvernement français qui soutient officiellement que le jeune "n'a pas subi d'entraînement, ni été en contact avec des groupes djihadistes". Marwat a toutefois ajouté: "Nous ne savons rien des attentats en France qui n'ont rien à voir avec nous".

Le même jour, deux responsables des services pakistanais ont contacté Ishtiaq Mahsud, le correspondant d'Associated Press à Dera Ismail Khan, une petite ville du Waziristan, pour dire pourquoi les services de renseignement français ont un intérêt vital à utiliser des informateurs qui ont le même profil que Merah : au moins 85 jeunes français ont été formés - ou sont encore en formation - dans la région du Waziristan du Nord au cours des trois dernières années. Les hommes, pour la plupart des Français d'origine arabe, ont formé un groupe appelé Jihad et Islam, sous le commandement d'un Français qui se fait appeler Abou Tarek, et cinq d'entre eux sont rentrés en France en Janvier 2011 pour recruter de nouveaux membres. Les deux responsables ont déclaré "que la présence de Merah parmi ces cinq n'était pas claire" - ce qui constitue un aveu implicite de sa présence potentielle.

Le jeune Français a fait au moins deux voyages au Pakistan et deux en Afghanistan. Les sources qui ont parlé avec Il Foglio ont dit que, même alors, il y avait un accord : la liberté de mouvement en échange d'informations précieuses. Squarcini, le chef de la DCRI, a déclaré que Merah, assiégé par la police dans son appartement de Toulouse, aurait dit avoir été formé "par une seule personne" et non pas dans un camp, pour ne pas se distinguer à cause du français.

Hier, le frère de Mohamed, Abdulkader a été mis en examen et arrêté pour complicité d'assassinat et acte de terrorisme. On le soupçonne d'avoir eu un rôle dans la fourniture d'armes et le financement des voyages en Afghanistan de son frère. Les juges ont désormais plus de temps pour enquêter. Le gouvernement français, dans un premier temps, avait soutenu que le frère n'était pas impliqué dans les faits.

Adapté de l'italien par Danilette

http://danilette.over-blog.com/article-selon-le-journal-italien-il-foglio-mohamed-merah-aurait-voyage-a-l-etranger-avec-une-couverture-102403479.html

Source originale:
http://www.ilfoglio.it/soloqui/12819

Une femme dénonce la fraude de la CIA via Twitter

Lynnae Williams dit qu'elle était en formation pour devenir un espion de la CIA et elle prétend, publiquement, qu'elle a été abusée par l'Agence.  Par des tweets, elle dénonce agressivement ce qu'elle qualifie de "crimes de la CIA".

Williams a souhaité faire partie de la CIA pour servir son pays et pour faire quelque chose au-delà d'elle-même, de soutenir une mission importante.

Elle dit avoir fait partie de la CIA pendant environ 3 ans avant d'être envoyée dans une prison psychiatrique secrète dans le nord de la Virginie.  Elle dit avoir été stagiaire d'un service clandestin dans un programme de la CIA, en formation pour devenir un espion.

Malgré de nombreuses tentatives pour obtenir des informations sur un de ces programmes, malgré de nombreuses demandes au nom de la Freedom of Information Act, elle n'a pas réussi à obtenir les renseignements lui permettant de dévoiler les détails de quelque chose de mal au sein de la CIA. 

Elle dit avoir eu un accident de voiture et avoir été envoyée dans une prison psychiatrique où elle a été droguée.  Elle dit être certaine à 100% que le système est corrompu, que la CIA est une fraude.

Rejoint par le réseau de nouvelles Wusa9 dans la soirée de jeudi, un porte-parole de la CIA a refusé de commenter l'histoire.

Source:

Le Département de la Défense américain (DHS) achète 450 millions de nouvelles munitions

Le DHS et son bureau de l'immigration attend une livraison indéterminée d'une quantité infinie de munitions de calibre .40 du contracteur ATK.

Les balles HST, de haute performance, sont conçues pour faire appliquer la loi et sont présentées par son fabricant comme étant à "pénétration optimale pour une performance terminale".

Il s'agit de balles qui passent à travers les obstacles et qui permettent un impact plus large sans perdent leur forme initiale. 

Le Ministère de la Défense serait aussi en attente de soumissions pour des balles de fusil.  Répertorié sur le réseau d'opportunités d'affaire du fédéral, l'appel d'offres demande 175 millions de cartouches de calibre .223.  Ce calibre est presque exactement comme celui utilisé par les fusils d'assauts des forces de l'OTAN, le 5,56 x 45 mm.

Sources:

Communiqué de presse:

Site d'appel d'offres du gouvernement fédéral:

Sarkozy compare les tueries de Toulouse et le 11 septembre 2001

* Un "false flag", comme le 11 septembre 2001, qui poursuit des objectifs bien précis dont celui de créer un sentiment de crainte perpétuel dans la population et de susciter le besoin de protection et de sécurité, engagement de nos bons gouvernements!  Thèse-antithèse-synthèse!

Le "traumatisme" causé en France par les tueries de Toulouse et Montauban est "un peu" comparable à celui provoqué par les attentats du 11-Septembre aux États-Unis, a estimé aujourd'hui le président français Nicolas Sarkozy.

"Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que le traumatisme de Montauban et de Toulouse a été profond dans notre pays, un peu, je ne veux pas comparer les horreurs, un peu comme le traumatisme qui a suivi aux Etats-Unis et à New York l'affaire de septembre 2001, le 11-Septembre", a-t-il déclaré sur Europe 1.Source:

jeudi 29 mars 2012

Des scanners à empreintes digitales sont utilisés dans deux écoles secondaires en Virginie

Deux écoles secondaires, dans le comté de Jefferson, seront munies de scanners biométriques dans un effort d'assurer la sécurité des comptes étudiants à la cafétéria.  La raison d'être du programme est d'éliminer les erreurs et de fournir aux étudiants un moyen rapide d'utiliser les services de la cafétéria.


Le système, fourni par "IdentiMetrics", enregistre l'empreinte digitale pour créer et enregistrer un compte ID pour chacun des étudiants.  Quand l'étudiant retourne chercher son repas, il est automatiquement identifié et son compte est débité.


Des cafétérias d'écoles en Ohio utilisent le paiement par identification biométrique

Des scanners d'empreintes digitales ont été installés dans plusieurs écoles.  Les enfants payent leur repas en apposant un doigt sur un capteur biométrique.  Les scanners identifient les étudiants et leur classe, mais leurs empreintes digitales ne sont pas collectées [permettez-moi d'en douter!].  Ce système permet aux parents de payer les repas de leurs enfants via le site internet de l'école.

Source:http://www.cr80news.com/2012/03/12/lunchrooms-in-ohio-school-district-undergo-overhaul

Des écoles primaires et secondaires de l'Ohio utilisent la carte RFID pour traquer les étudiants

En Alabama, ce sont des écoles primaires et secondaires qui pistent les étudiants à l'aide d'une carte d'identification électronique, via le transport scolaire.  Des lecteurs sont installés dans chacun des autobus et les étudiants doivent y glisser leur carte.  Le système, appelé "ZPass", vise à assurer la protection des élèves [évidemment!].

Chaque étudiant se voit remettre une carte RFID qu'il devra utiliser en entrant ou en sortant de l'autobus.  Relié à une technologie GPS, le lecteur enregistre la localisation de l'autobus pour envoyer les coordonnées à un ordinateur du district.  À tout moment, les autorités peuvent connaître la position des autobus et des jeunes à leur bord.


La Chine et la Russie mèneront un exercice maritime conjoint

La Chine et la Russie mèneront un exercice maritime conjoint entre avril et mai, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale, Yang Yujun.


Cet exercice militaire sera organisé sur la base d'un consensus atteint par Chen Bingde, chef de l'Etat-major général de l'Armée populaire de Libération de Chine, et des dirigeants militaires russes, a fait savoir le porte-parole lors d'un point de presse mensuel.

Les deux parties travaillent aux préparatifs de cet exercice conjoint, qui vise à approfondir le partenariat stratégique sino-russe de coopération, a-t-il ajouté.

"Il a également pour objectif d'améliorer les capacités des deux pays à relever les défis et sauvegarder la paix et la stabilité dans la région Asie-Pacifique et dans le monde", a souligné M. Yang.

La Chine et la Russie ont effectué depuis 2005 plusieurs exercices militaires conjoints dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai.

Source:

Le Japon prêt à descendre la fusée nord-coréenne

* Les États-Unis suspendent l'aide alimentaire à la Corée du Nord:
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/03/28/les-etats-unis-suspendent-l-aide-alimentaire-a-la-coree-du-nord_1677011_3216.html

_______________________________________________________________________

Le ministre japonais de la Défense a ordonné vendredi aux troupes nippones de détruire la fusée que doit prochainement lancer la Corée du Nord au cas où elle menacerait le territoire de l'archipel, ont rapporté les média nippons.

Cet ordre formel a été envoyé sur décision du Premier ministre Yoshihiko Noda.

Le Japon dispose de deux types de systèmes susceptibles d'abattre le lanceur nord-coréen&bsp;: des missiles sol-air Patriot Advanced Capability-3 (PAC-3) et des destroyers disposant du système de combat Aegis permettant de tirer des intercepteurs Standard Missile-3 (SM-3).

La Corée du Nord a annoncé qu'elle allait lancer une fusée entre le 12 et le 16 avril pour placer en orbite un satellite d'observation à usage civil, mais les Etats-Unis et leurs alliés, notamment sud-coréens et japonais, y voient un test déguisé de missile balistique à longue portée et demandent à Pyongyang d'y renoncer.

Le régime nord-coréen a répondu qu'il n'abandonnerait «jamais» le droit de lancer «un satellite pacifique».

Le tir doit être effectué depuis la base de Tongchang-ri, dans l'extrême nord-ouest de la Corée du Nord. Le premier étage de la fusée doit tomber en mer Jaune, à l'ouest de la péninsule coréenne, et le deuxième étage à l'est des Philippines, en survolant une partie des îles d'Okinawa (sud du Japon).

La Corée du Sud a également prévenu de son côté qu'elle pourrait détruire en vol le lanceur s'il se dirigeait vers son territoire.

Selon le journal nippon Tokyo Shimbun, généralement bien informé sur les questions nord-coréennes, le remplissage des réservoirs de la fusée a déjà commencé.
«Le lancement se rapproche. Il est probable que la date du lancement soit fixée au 12 ou au 13 avril», a déclaré une source proche du gouvernement nord-coréen, citée jeudi par le quotidien.

L'agence officielle nord-coréenne KCNA a affirmé que le satellite envoyé par le pays devait lui permettre de mieux évaluer l'état des cultures et de relever des données météorologiques.

Cet engin de fabrication nord-coréenne devra aussi fournir des informations sur les forêts et les ressources naturelles de la Corée du Nord, a ajouté KCNA.

Le satellite pesant 100 kg suivra «une orbite héliosynchrone» à 500 km d'altitude et dispose d'une autonomie prévue de deux ans, a expliqué un haut responsable du Comité coréen pour la technologie spatiale, cité par KCNA.

La Corée du Nord a invité des experts spatiaux et des journalistes étrangers à assister au tir, afin de «prouver la nature pacifique de ce lancement d'un satellite scientifique et technologique d'une manière transparente», a souligné l'agence officielle.

En avril 2009, la Corée du Nord avait déjà procédé à un tir censé mettre en orbite un satellite. La fusée, lancée vers l'est, avait survolé le nord de l'archipel nippon avant de s'abîmer dans le Pacifique.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait condamné ce tir et alourdi les sanctions à l'égard du régime nord-coréen. En représailles, Pyongyang s'est retiré des pourparlers à six (Chine, Etats-Unis, Russie, Japon et les deux Corées) sur sa dénucléarisation.

Le lancement du mois prochain doit coïncider avec le centième anniversaire de la naissance du fondateur de la République Populaire Démocratique de Corée, Kim Il-Sung, grand-père de l'actuel homme fort du régime, Kim Jong-Un, qui a succédé à son père Jong-Il, décédé le 17 décembre 2011.

Source:

Israël coupe les ponts avec le Conseil des droits de l'homme

* Demain, vendredi, aura lieu la "Marche mondiale vers Jérusalem", mouvement de résistance dit pacifique, qui conteste  l'occupation de Jérusalem et du reste du territoire palestinien par Israël.  Des millions de personnes feront partie de cette marche.

Jérusalem — Israël a annoncé hier avoir rompu tout contact avec le Conseil des Nations unies pour les droits de l'homme à la suite de sa décision la semaine dernière d'ouvrir une enquête internationale sur les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens.

Cette rupture, annoncée par le ministère des Affaires étrangères, signifie que la mission d'information que le CDH espérait envoyer sur le terrain ne sera pas autorisée à entrer en Cisjordanie ainsi qu'en Israël.

«Nous ne collaborons plus avec eux», a indiqué Yigal Palmor, porte-parole de la diplomatie israélienne. «Fini les participations à des rencontres, des discussions ainsi que l'organisation de visites en Israël.»

Le 22 mars, le CDH a condamné la construction annoncée par Israël de nouveaux logements pour les colons juifs en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, y voyant une entrave au processus de paix et une menace pour la solution à deux États et la création d'un État palestinien indépendant.

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a dénoncé une initiative «hypocrite», ajoutant que le CDH disposait d'une «majorité automatique hostile à Israël.»

Ce forum, qui siège à Genève et compte 47 pays membres, a voté en faveur de cette proposition par 36 voix pour, dont celles de la Chine et de la Russie. Les États-Unis ont été le seul pays à voter contre. Le texte avait été présenté par le Pakistan au nom de l'Organisation de coopération islamique (OCI).

Un demi-million d'Israéliens et 2,5 millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, territoires capturés par l'État hébreu lors de la guerre des Six-Jours en 1967.

Source:

Les Brics veulent créer leur banque: fin du règne américain?

A l'issue de leur quatrième sommet, les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont plaidé pour la création d'une banque d'investissement visant à renforcer leurs relations commerciales. Ils s'inquiètent également "des excès de liquidités" dans le système financier mondial.

Bientôt une "Brics Bank?" Dans leur déclaration finale, à l'issue de leur quatrième sommet, Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud ont appelé à la création d'une telle institution financière, aussi surnommée "South-South Bank". Leurs ministres des Finances devront examiner "la faisabilité et la viabilité" de cette proposition. Celle-ci devrait resserer les relations entre ces pays qui totalisent près de 20% de la croissance et 40% de la population mondiale.

Les échanges commerciaux entre ces économies émergentes, en pleine expansion, en seraient renforcés. Ils ont bondi de 28% l'an dernier, pour atteindre 230 milliards de dollars.

Le président sud-africain, Jacob Zuma, a affirmé que cette banque était une idée saluée par d'autres dirigeants africains, qui y voient une nouvelle source de financement pour des projets d'infrastructures clé. "Une telle banque a un fort potentiel pour nous aider à créer de bons emplois", a-t-il estimé. Le ministre brésilien du Commerce, Fernando Pimentel, avait pour sa part estimé mercredi que la banque "serait un outil financier très puissant pour améliorer les possibilités commerciales et peut-être une étape majeure pour soutenir l'Union européenne dans ses efforts pour surmonter la crise financière".

Les pays développés accusés d'inonder le système financier avec des liquidités

Par ailleurs, la présidente du Brésil Dilma Rousseff, le Russe Dmitri Medvedev, le Chinois Hu Jintao et le Sud-Africain Jacob Zuma, ainsi que le Premier ministre indien, Manmohan Singh ont fait état d'un sujet d'inquiétude commun : l'excès de liquidité dans l'économie mondiale. "Les liquidités excessives émanant de la politique agressive prise par les banques centrales pour stabiliser leurs économies sont en train de se répandre dans les économies des marchés émergents", ont-ils relevés dans sa déclaration finale. 

Afin de lutter contre la crise économique, les banques centrales des pays développés ont en effet réduit leur principaux taux d'intérêt et injecté des fonds dans le système bancaire, afin de stimuler la croissance. Face à ce mouvement, les "Brics" appellent ces pays à adopter "des politiques macroéconomiques et financières responsables" en privilégiant des "réformes structurelles pour aider la croissance, créatrices d'emploi".

Plus de voix dans les institutions internationales

Les cinq chefs d'Etat et de gouvernement ont en outre plaidé pour une meilleure représentativité dans les institutions. L'hôte de ce sommet, l'Indien Manmohan Singh, a reconnu "des progrès (...) dans les institutions financières internationales" mais souhaite que les Brics soient davantage présents au Conseil de sécurité de l'Onu. Seules la Russie et la Chine y siègent actuellement. Les Brics demandent en outre que les pays émergents disposent de plus de voix au sein du Fonds monétaire international, et ce d'ici 2013, avant une réforme générale des quotas en janvier 2014.

Enfin, concernant le nom du prochain patron de la Banque mondiale, qui doit être déterminé dans les prochaines semaines, ils ont plaidé pour une "procédure ouverte et établie sur la base du mérite". La direction de cette institution est traditionnellement dévolue à un Américain tandis que celle du FMI revient à un ressortissant européen. Actuellement, deux candidats sont originaires de pays en développement - la ministre nigériane des Finances Ngozi Okonjo-Iweala et l'ancien ministre des Finances colombien Jose Antonio Ocampo- mais les Brics n'ont pas souhaité soutenir une nomination en particulier.

Source:

Presque plus d'essence en Angleterre en ce moment: c'est le chaos!

La crise de panique liée au carburant est encore dans le chaos aujourd'hui après qu'une force de police a ordonné à des stations d'essence de fermer en raison des pénuries occasionnées par la grève des transporteurs pétroliers.

La police de Dorset a ordonné un arrêt temporaire de distribution de l'essence après que des dizaines de stations sont à sec.  Les automobilistes forment de longues files d'attente à devant les stations qui en ont encore, situation devenue dangereuse pour les automobilistes.

Il existe maintenant des craintes que d'autres mesures soient mises en place.  Des stations d'essence à Cambridge ont déjà commencé le rationnement en limitant les clients à £ 10 dollars d'essence ou de diesel.

Source:
http://www.dailymail.co.uk/news/article-2121984/Fuel-panic-ministers-say-wait-cars-tank-half-topping-up.html#ixzz1qWddworB

Des puces RFID insérées dans des uniformes scolaires

* Des projets-pilote ont été menés en Angleterre, en Californie et au Japon, pour suivre la trace des étudiants équipés d'une micro-puce. 
http://www.tested.com/news/articles/43512-would-you-want-your-child-tracked-with-an-rfid-locator-chip/


Des étudiants de la ville brésilienne de Vitoria da Conquista utilisent des uniformes scolaires munis de puces RFID, technologie qui vise à contrôler la fréquentation scolaire des élèves.

Lorsque les enfants entrent dans les locaux de classe, l'information est captée et envoyée à un ordinateur central qui, à son tour, envoie un message automatique sur le téléphone portable des parents.  Ceux-ci sont avisés si leur enfant ne se montre pas en classe 20 minutes après le début des classes.

Plus de 20 000 élèves dans les écoles publiques de 213 villes utilisent actuellement les chandails équipés de puces RFID.  En 2013, plus de 43 000 élèves des écoles publiques, de 4 à 14 ans, porteront la puce intégrée à leur vêtement.

Après trois absences monitoriées, les parents doivent expliquer les absences en classe.  S'ils ne peuvent le faire, l'école peut aviser les autorités.

mardi 27 mars 2012

D'où vient l'argent de la reine d'Angleterre ? En partie de la drogue, selon Cheminade


Jacques Cheminade, candidat à la présidentielle, a expliqué mercredi lors de l'émission «Questions d'Info» LCP/France Info/Le Monde/AFP, qu'une partie de la fortune de la Reine d'Angleterre venait du trafic de drogue.

Jacques Cheminade était interrogé sur les affirmations du millionnaire américain d'extrême droite Lyndon Larouche, personnalité dont il s'inspire, qui a affirmé que «la reine d'Angleterre tirait sa fortune du trafic de drogue», manipulée «par les banquiers juifs de la City».

«Non, pas toute la fortune, il y a plusieurs autres sources. Mais c'est une série de trafics dans lesquels, oui, il y a le trafic de drogues», a répondu Jacques Cheminade, après avoir évoqué «la tradition» des «Rothschild», «qui ont fait toutes sortes de trafics».

Comme il l'avait dit la semaine dernière, il a aussi réaffirmé le «parallèle entre le début du régime nazi et les mesures qui progressivement sont mises en place, et ce qui est fait aux États-Unis aujourd'hui». Conformément à son programme, il souhaite engager «une politique d'exploration vers la lune, vers Mars, dont tout le monde parle, à la NASA, au CNES, partout».

«Pour qui me prenez-vous ?»

Interrogé sur la manière dont il avait récolté ses 500 parrainages et sur d'éventuels soupçons d'achat, Jacques Cheminade a trouvé la question «absolument insultante» pour les maires. Ceux-ci ont été convaincus car ils se sont dit : «c'est quelqu'un qui ose bouger les lèvres, c'est en hébreu un prophète, quelqu'un qui ose bouger les lèvres devant les puissants et leur dire leurs quatre vérités», a-t-il expliqué.

Sur les quelque 150 000 euros qu'il doit encore au Trésor Public, du fait de l'invalidation de ses comptes de campagne pour l'élection de 1995, Jacques Cheminade a indiqué qu'il ne «croyait pas» que cette somme puisse être prélevée sur la nouvelle avance d'environ 150 000 euros à laquelle il a droit pour le scrutin qui vient. Un contentieux est toujours en cours devant la cour administrative d'appel de Paris.

Interrogé enfin sur le fait que son parti Solidarité et Progrès ait été visé par un rapport de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de 2005, le candidat a affirmé que c'était «clos» et que la dérive sectaire n'avait «pas été caractérisée». Avant de s'emporter et de dire : «Pour qui me prenez-vous ? Vous me traitez comme quelqu'un que je ne suis pas».

(AFP)

Source:

Les 3 premiers mois de l'année 2012

* De superposer tous ces évènements permet de faire réfléchir les inflexibles, les incrédules et même, les incensés!

6.0 au Japon

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/usc0008qvj.php

Témoignage d'un parent, qui vit dans l'état de l'Oklahoma, concernant les "exercices de relocalisation"

*S'ajoute ici un détail intéressant et troublant: les jeunes doivent remettre leurs téléphones cellulaires à un enseignant pendant l'exercice, au cas où un élève utiliserait son portable pour faire exploser une bombe!!!  On "enlève" les enfants, pour plus ou moins 2 heures, pour les amener dans un endroit possiblement inconnu des parents et on les prive de leur seul moyen de communication avec l'extérieur...

Ça commence à prendre des proportions "cinéma américain" et pourtant, c'est là où nous en sommes.  Désolé, je n'ai pas le temps pour la traduction.  Utilisez Google translator.

I don't post bullshit, I'm not trolling, and this needs to be taken seriously and I would appreciate some evaluation from others. My children will NOT be attending school on Tuesday for this "drill."

I live in a rural town in Oklahoma. We got a pre-recorded message on our home phone tonight informing us of an "emergency preparedness drill" that will be taking place on Tuesday of this week. It was non-detailed, and just said that they wanted to practice in case of a real emergency and that this was only a drill. As a parent, I was NOT notified of the plan surrounding the drill or that the students would be taken away from campus.

After the call, I mention this to my teen girls, one is a junior and the other a senior in the public high school. They already knew about the upcoming drill, just not the specific day as "the drill was supposed to happen weeks ago, before spring break, but the police weren't ready so they delayed it." They also told me that the teachers have been upfront with them that they will be placed on buses and taken to an undisclosed location. One of the possible scenarios the students have been told the emergency might be is a possible chemical spill at the school. WHAT? The senior has been told when the drill begins, one instructor has told her class that all students have to turn off their cell phones and give the phones to the teacher in clear designated baggies for her to keep control of "in case a student decided to detonate a bomb with their phone." WTF? If they're practicing for a "chemical spill emergency" why do phones have to be given up so no detonation may occur?

The kids have also been told they'll be away from the school for two hours and if they end up missing vo-tech because of the drill, the absence will be excused. There's RUMOR that the police/authorities will be searching lockers and belongings while the kids are taken away for two hours, but that is unconfirmed and is just a rumor, although I wouldn't be surprised.

Does anyone else see a problem with this? If students are going to be removed from the campus for two hour as part of an emergency drill and their location undisclosed while the students have no access to communication devices to contact their parents, don't you think they should have gotten parent permission or at least some disclosure?

In my opinion, it seems the school system is planning and practicing how to remove children from school and take them away to undisclosed location without access to communication to let their families know their status and their location. Why would the school not want parents to be aware of where their children are? Why gone for two hours?

Where are the permission forms? Parental rights? Where is the disclosure and transparency? This just seems a little too big brother for me.

There is only a brief mention of a drill in the local paper, but it gives no details and says only that one school will be involved but they aren't saying which school. There is only one high school in this town and my kids seemed to know all about this drill so it's probably theirs.


EDITED FOR UPDATE:
I have spoken with the superintendent. The kids are indeed being bused off school grounds to an undisclosed location and will not be allowed to take their cell phones. Parental permission isn't required, according to them, because "don't you want your child safe in an emergency?" and "we're training the children" as she put it.

I recorded the conversation.


EDITED FOR UPDATE AFTER THE DRILL:

The drill happened. The children were taken by bus away from the school campus to the Grove Civic Center, which is not school property and is not adjacent to any school property.

Here's the local newspaper's website with a play by play of the "event" from their planning perspective, including the fact the kids were taken to the civic center:

[
link to grandlakenews.com]

I guess now the children have been properly "trained."



Members of the press may contact me at libertyin2012@yahoo.com to request a copy of the audio recording which may not be aired or published (my attorney said it would be a bad idea to publish it), but can be used for confirmation purposes. This is not for money, this is for truth.

Des enfants, dans plusieurs états américains, sont mis à bord d'autobus pour être relocalisés au cours d'exercices d'antiterrorisme

* De nombreux parents témoignent de ces opérations dans différentes écoles du territoire américain et l'article ci-dessous s'intéresse à tous ces évènements qui sont rapportés depuis quelques jours.  J'ai moi-même lu quelques témoignages de parents, inquiétés, mais sans considérer l'ampleur de ces exercices ainsi que leur implication à court et moyen terme. 
De sensibiliser les gens à un danger est une chose, mais de déloger des enfants de l'école, escortés par des G.I. Joe, pour les amener dans un lieu d'évacuation me semble être une expérience très traumatisante et plutôt inquiétante pour les parents...

Partout aux États-Unis, des enfants d'âge scolaire sont amenés hors de leurs salles de classe, mis à bord d'autobus et envoyés dans des lieux de relocalisation et ce, au cours d'exercices antiterroristes.  Ces exercices sont souvent appelés "exercices d'évacuation" ou "exercices de déplacement", et ils impliquent plus qu'un simple dérangement.  Parfois, les parents sont informés à l'avance du lieu où les enfants sont amenés et d'autres fois, les autorités disent qu'ils sont amenés dans un "lieu secret".

Depuis le 11 septembre 2001 et les fusillades à l'école Columbine, il y a des efforts concertés pour tenir des exercices d'urgence à l'école qui sont intenses parce que près de la réalité du drame appréhendé.

Voici un mémo que des parents d'une école de Pennsylvanie ont reçu pour les avertir qu'une "opération de relocalisation" allait avoir lieu le 16 décembre 2011:

Source:

Merah aurait eu l'appui des services secrets

Mohamed Merah, le tueur au scooter, se serait rendu en Afghanistan et en Israël en 2010 avec la bénédiction de la DGSE, les services secrets français, qui l'utilisait comme «informateur».

Selon le quotidien italien «Il Foglio», cité par Arrêt sur images, Mohamed Merah, auteur de sept assassinats dans le sud-ouest de la France, se serait rendu en Israël puis en Afghanistan en septembre 2010 avec la caution de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), en échange de la fourniture d'informations aux services secrets français.


L'agence française en charge de l'espionnage et du contre-terrorisme à l'extérieur du pays l'aurait utilisé comme «informateur». Un accord aurait même été passé: la liberté de mouvements en échange d'informations précieuses.

Mohamed Merah est arrivé en septembre 2010 par le pont Allenby, qui relie la Jordanie à la Cisjordanie, occupée par Israël, selon les sources sécuritaires israéliennes. Il a pu venir en compagnie d'autres ressortissants français. Entré avec un visa de tourisme israélien, le jeune homme est reparti trois jours plus tard par le même pont Allenby. Après ce séjour en Israël, le tueur au scooter serait retourné en Jordanie d'où il s'est envolé pour l'Afghanistan.

Infiltration d'un réseau de djihadistes

Son entrée en Israël, couverte par les services secrets français, aurait eu pour but de démontrer qu'un réseau djihadiste avait la capacité de passer à travers la frontière avec un passeport européen. Aucune confirmation officielle n'est apportée par le quotidien italien. Il évoque cependant une confirmation indirecte dans le journal israélien «Haaretz», qui cite des sources du Shin Bet, les services secrets israéliens.

«Il Foglio» raconte que le passage de Merah dans les Territoires palestiniens, suggéré par le patron du renseignement français Bernard Squarcini, n'est pas prouvé. De même, une éventuelle arrestation du tueur au scooter à Jérusalem pour port d'un couteau n'a laissé aucune trace.

Par ailleurs, les services secrets palestiniens ont affirmé à l'agence AP que les Français, par l'intermédiaire des services secrets, avaient tout intérêt à faire infiltrer des jeunes ayant le profil de Merah dans des camps de formation de djihadistes au Pakistan et en Afghanistan.

Mardi dans le quotidien toulousain «La Dépêche», Yves Bonnet l'ancien patron des services de renseignements français s’interrogeait sur un éventuel rôle de «correspondant» du meurtrier auprès des renseignements intérieurs. «Le garçon avait manifestement des relations avec la DCRI comme on l'a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C'est-à-dire qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça 'correspondant', appelez ça 'officier traitant'… je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette 'collaboration' avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point».

Mohamed Merah aurait cité parmi les motivations de ses actes le sort des Palestiniens sous occupation israélienne, selon le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant et une journaliste de la chaîne France 24, que le tueur avait appelée au téléphone.

Source:

Obama encore piégé par un micro ouvert

En discussion avec son homologue russe Dmitri Medvedev au sommet sur la sécurité nucléaire, le président américain a oublié que les micros pouvaient capter la conversation. "C'est ma dernière élection. Après mon élection, je disposerai de plus de flexibilité", lui a-t-il expliqué.

Lire la suite:

lundi 26 mars 2012

Attaques de Toulouse : la version officielle de la mort de Mohamed Merah est un mensonge

La version officielle du dénouement final du drame de Toulouse est, comme tant d'autres récits officiels concernant les « attaques terroristes islamiques », remplie d'incohérences, et quiconque aurait des velléités d'y croire devra faire une sacrée gymnastique mentale.

Mohamed Merah, Français de 23 ans d'origine algérienne, amateur de voitures, carrossier dans un garage automobile, avait voulu
s'engager dans l'armée française pour « défendre le drapeau français » mais avait été rejeté, faisait la fête en boîte de nuit quelques semaines avant sa prétendue folie meurtrière, avait des antécédents de délits mineurs, et devait voir le juge en avril pour une histoire de conduite sans permis. Il se serait aussi rendu en Israël, en Afghanistan et au Pakistan pour des raisons inconnues à ce jour - peut-être pour y subir un « endoctrinement idéologique ».

Lire la suite:

Le nombre d'enfants autistes a plus que doublé en 5 ans


On compte maintenant 61 570 enfants scolarisés qui sont affectés par l'autisme, ce qui constitue 1% de la population des enfants en milieu scolaire.

Il y a 5 ans, le nombre de ces enfants était de 39 465, soit 0.5% de l'ensemble des enfants.

6.0 dans le Pacifique, à proximité du Mexique

http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/usc0008qdx.php

275 millions pour Gentilly

* Investir 275 millions de dollars, plus un milliard pour des rapports d'étude, dans la centrale nucléaire du Québec c'est de financer notre propre mort à grands coûts d'absurdité!  À ce compte là, chers étudiants, restez dehors et demeurez debouts!

Des scientifiques américains annoncent qu'un méga séisme doit frapper la Côte Ouest très bientôt...

Depuis 2 ans, la communauté scientifique ne cesse de multiplier les avertissements à l'effet qu'un "Big one" est sur le point de se produire sur le territoire américain. 


La région de la "Cascadia", zone de subduction située le long de la côte ouest des États-Unis qui s'étend de la Colombie-Britannique jusqu'à la Californie, est considérée par les scientifiques comme extrêmement à risque et dangereusement dévastatrice.  Le film "10.5 tremblement de terre à Los Angeles" montre justement une série de séismes le long de la zone de Cascadia, qui se termine par un tremblement de terre de 10.5 en Californie, faisant des millions de morts.


Le film "10.5 tremblement de terre à Los Angeles":

Mohamed Merah n'aurait pas été détenu en Afghanistan

* Les nombreuses "irrégularités" dans le dossier du "tueur en scooter" suscitent un doute persistant à l'effet que toute cette affaire est une imposture!

KANDAHAR, Afghanistan (Reuters) - Le gouverneur de la province afghane de Kandahar a démenti mercredi les propos du directeur des prisons qui avait affirmé que le suspect des tueries de Toulouse et Montauban avait été arrêté en 2007 en Afghanistan et s'était évadé quelques mois plus tard.

S'appuyant sur des documents pénitentiaires, Ghulam Faruq, directeur des prisons de Kandahar, avait déclaré à Reuters que Mohamed Merah avait été arrêté le 19 décembre 2007 et condamné à trois ans de prison, avant de s'enfuir à la faveur d'une opération commando menée en juin 2008 par des taliban.

Un haut responsable des services de renseignement de Kandahar avait également confirmé ces informations, mais elles ont été démenties peu après par le bureau du gouverneur de Kandahar, qui juge "sans fondement" cette version des faits, s'appuyant notamment sur des rapports judiciaires.

"Les forces de sécurité de Kandahar n'ont jamais détenu un citoyen français qui répond au nom de Mohamed Merah", a déclaré Ahmad Jawed Faisal, porte-parole du gouverneur.

L'avocat français de Merah, Christian Etelin, a déclaré que son client avait été emprisonné en France de décembre 2007 à septembre 2009 après une condamnation pour vol avec violences. Il ne pouvait donc pas, selon lui, se trouver à la prison de Kandahar pendant ce laps de temps.

Cette prison de haute sécurité située dans un faubourg du sud de Kandahar est le principal établissement pénitentiaire du sud de l'Afghanistan. Les détenus dits "politiques" y sont séparés des détenus de droit commun.

A l'époque, le gouvernement afghan avait réclamé davantage d'aide internationale, faisant état de l'arrivée de plus de 4.000 combattants étrangers venus de Tchétchénie, d'Afrique du Nord ou du Pakistan pour épauler l'insurrection des taliban.

De nombreux djihadistes étrangers ont quitté l'Afghanistan au moment de l'envoi de renforts par l'Otan, en 2009.

Selon les autorités françaises, Mohamed Merah, Français d'origine algérienne, s'est rendu au Pakistan et en Afghanistan.

Au Pakistan, un responsable des services de renseignement a déclaré que Mohamed Merah n'avait jamais été arrêté dans le pays. "Nous n'avons aucune information le concernant", a-t-il dit, en requérant l'anonymat.

Le suspect était en France sous surveillance de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) depuis longtemps pour appartenance à un mouvement salafiste sans qu'il y ait eu toutefois d'élément permettant de penser qu'il était sur le point de passer à un acte criminel, a précisé le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant.

Ahmad Nadem, Jack Kimball et Rob Taylor, Henri-Pierre André, Jean-Stéphane Brosse et Hélène Duvigneau pour le service français.

Source:
http://www.lemonde.fr/depeches/2012/03/21/mohamed-merah-n-aurait-pas-ete-detenu-en-afghanistan_1584481.html

Le mystère des milliers d'oiseaux morts en Arkansas enfin révélé?

Le 1er jour de l'an 2010, la nouvelle année a été marquée par des milliers d'oiseaux morts qui ont mystérieusement tombés du ciel dans la ville de Beebe, en Arkansas.  Des milliers de carouges à épaulettes sont littéralement tombés du ciel tout au long de la ville.  Quelques-uns étaient vivants, mais la majorité étaient morts. 


Voici l'article publié en janvier 2010:

Les enquêtes vétérinaires montrent que les carouges sont décédés des suites de traumatismes majeurs au corps. Le traumatisme a été principalement trouvé dans les tissus de la poitrine des oiseaux.  Ils auraient subi une hémorragie interne avec des caillots de sang dans la cavité de leur corps.  Les vétérinaires ont trouvé que les organes principaux étaient sains, normaux, non affectés par la maladie.  Le gésier et l'estomac des oiseaux étaient vides.

Selon le rapport, des tests supplémentaires seront faits pour écarter d'autres causes, mais les oiseaux ont souffert de traumatismes physiques aiguës et d'hémorragie interne consuisant à la mort.

Ce qui a causé les traumatismes n'est pas encore connu.  Les météorologues ont signalé un lourd orage plus tôt dans la journée [le radar météo détecté au-dessus des oiseaux n'avait rien de cellules orageuses selon les recherches d'un blogger].  Il est possible que les oiseaux aient été aspirés dans le courant ascendant de l'orage et qu'ils aient été frappés par la foudre et par la grêle.  Des feux d'artifice ont également été lancés dans la ville juste avant que les oiseaux commencent à tomber.

En mai dernier, une équipe du National Geographic et le bureau météorologique de NewsChannels5 se sont associés pour tenter de trouver la cause de ces étranges et inquiétantes morts d'oiseaux. Les recherches ont indiqué une signature radar unique, plusieurs milliers de pieds au-dessus des oiseaux, au moment où ils sont tombés du ciel.  [cette signature radar a été identifiée par le blogger "dutchsinse" dans les jours suivants la nouvelle].


Avec l'aide du Massachusetts Institute Technology, un phénomène météorologique unique a été accusé d'avoir provoqué le chaos, la disparition de milliers d'oiseauxLe National Geographic diffusera un nouveau reportage sur les évènements de Beebe, "Présages de l'Apocalypse", diffusé sur le canal National Geographic.

Source:

Le réalisateur de "Titanic", James Cameron, premier homme à explorer en solo le fond du Pacifique

Le réalisateur canadien de "Titanic", James Cameron, est devenu le premier homme à explorer en solo pendant plusieurs heures, à bord d'un mini sous-marin, le site le plus profond connu de la croûte terrestre, dans la fosse des Mariannes (océan Pacifique).

Le réalisateur d'"Avatar" et d"Abyss" a passé plusieurs heures lundi (heure locale), au plus profond du Pacifique, dont il devait ramener images et spécimens destinés à "mieux connaître et comprendre cette partie largement inconnue de la planète", selon le National Geographic qui pilote l'expédition Deepsea Challenge.

James Cameron a été "la première personne au monde à avoir jamais touché le fond, seul, du site le plus profond de la croûte terrestre à un record de 10.898 m (35.756 ft), le lundi 26 mars à 7h52 heure locale, ou dimanche 25 mars à 17h52 heure de Washington" (21h52 GMT), a annoncé dimanche à Washington le groupe américain spécialisé dans la géographie et les sciences.

Après une remontée plus rapide que prévu, en 70 minutes, le mini sous-marin du réalisateur, baptisé par l'expédition la "torpille verticale", a refait surface vers 22H00 dimanche heure de Washington (02H00 GMT lundi), à 500 km au sud-ouest de l'île américaine de Guam.

La fosse des Mariannes, sorte de longue cicatrice de 2.550 km de long dans l'océan Pacifique, atteint les 11,2 km de fond au point Challenger Deep, une profondeur où pourrait être englouti le mont Everest (8.850 m). Il s'agit de l'endroit le plus hostile du globe, plongé dans une obscurité permanente. 

Le précédent record de plongé remonte au 23 janvier 1960, quand le lieutenant de la Navy américaine Don Walsh et l'océanographe suisse Jacques Piccard avaient plongé à bord du bathyscaphe militaire américain Trieste dans la fosse des Mariannes et atteint la croûte terrestre à -10.916 mètres. Mais ils n'avaient pu rester que 20 minutes dans un univers obscurci par la vase.

Cameron, âgé de 57 ans, qui a 72 plongées à son actif dont douze pour tourner "Titanic", a plongé seul à bord d'un mini sous-marin de huit mètres de long, le Deepsea Challenger. L'appareil, qui a nécessité huit années de recherches, était équipé de technologies très élaborées et capable de résister à des pressions énormes.

Le réalisateur avait alterné yoga et jogging chaque jour pour parfaire sa forme physique. Coincé dans un cockpit aussi "étroit qu'une capsule Apollo", selon le National Geographic, il devait filmer en 3-D les fonds grâce à de puissants projecteurs et ramasser des spécimens qui seront étudiés en biologie marine, astrobiologie, géologie marine ou géophysique.

Arrivé au fond, l'explorateur après avoir confirmé que "tous les systèmes étaient OK", avait lancé un tweet pour dire qu'il "lui tardait de partager ce qu'il était en train de voir".

L'expédition fera l'objet d'un documentaire en 3-D diffusé en salles et sur la chaîne de télévision de la National Geographic, publié dans le magazine et servant de base à des programmes éducatifs.

Le sous-marin devait suivre un parcours destiné à explorer le plus grand nombre d'environnements possibles, les sédiments de la croûte terrestre mais également les roches environnantes, riches d'enseignements pour les géologues.

Dans un petit film en ligne, National Geographic expliquait comment, lors de la descente, Cameron devait traverser différents paliers, celui d'abord où vit 90% de la faune marine puis celui des derniers rais de lumière ou de la dernière zone connue habitée par un poisson filmé.

Source:

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?