mardi 28 juin 2011

Le tritium radioactif a fui des 3/4 des centrales nucléaires américaines: une enquête de la l'Associated Press

Le tritium radioactif a fui du 3/4 des sites commerciaux d'énergie nucléaire aux États-Unis, souvent dans les eaux souterraines et dans les canalisation, montre une enquête de l'Associated Press.

Le nombre et la gravité des fuites ont été en escalade au fur et à mesure que les agences fédérales de régulation ont donné des licences à de plus en plus de réacteurs à travers la nation.

Le tritium est une forme radioactive de l'hydrogène et il a fui d'au moins 48 des 65 sites nucléaires, selon les données du US Nuclear Regulatory Commission.  Les fuites d'au moins 37 de ces sites avaient des concentrations excédant la norme fédérale de l'eau potable, parfois à des centaines de fois la limite.

La plupart des fuites ont été trouvées dans les limites de l'usine, certaines ont migré à l'extérieur.  Toutefois, aucune n'est connue pour avoir atteint l'approvisionnement en eau public [permettez-moi d'en douter avec l'affirmation qui suit!].

Sur 3 sites, deux dans l'Illinois et un dans le Minnesota, des fuites ont contaminé les puits potables des habitants à proximité selon les dossiers, mais pas à des niveaux qui violent la norme d'eau potable.  Sur un 4ème site, dans le New Jersey, le tritium a fui dans un aquifère et un canal de décharge d'alimentation pittoresque de la Baie de Barnegat de l'océan Atlantique.

Auparavant, l'Associated Press a rapporté que les régulateurs et l'industrie ont affaibli les normes de sécurité pendant des décennies pour garder les sites nucléaires en activité dans les règles.  Alors que les représentants du CNRC et les exploitants d'installations soutiennent que les marges de sécurité peuvent être atténuées sans danger, les critiques affirment que ces accomodations élèvent le potentiel d'accident.

Toute l'exposition à la radioactivité, qu'elle soit mineure ou non, augmente le risque de cancer, selon l'Académie nationale des sciences.  Les régulateurs fédéraux fixent une limite sur la quantité de tritium autorisée dans l'eau potable et les fonctionnaires fédéraux ainsi que l'industrie disent que les fuites de tritium ne présentent aucun danger pour la santé. [discordance de points de vue ou intérêts évidents?]

Cependant, il est difficile de savoir dans quelle mesure certaines fuites ont voyagé dans les eaux souterraines.  Le tritium se déplace à travers le sol rapidement et quand il est détecté, il indique souvent la présence d'isotopes radioactifs encore plus puissants qui ont été déversés en même temps.

Par exemple, le césium-137 est arrivé avec le tritium dans la centrale nucléaire de Fort Calhoun, près de Omaha au Nébraska, en 2007.  Du strontium-90 a été découvert avec du tritium deux ans plus tôt dans le complexe nucléaire indien où deux réacteurs sont en opération, 25 milles au nord de New York.

Les fuites de tritium ont semé le doute parmi les ingénieurs indépendants sur la fiabilité des systèmes de sécurité d'urgence dans les 104 réacteurs nucléaires situés sur 65 sites.  C'est en partie parce que certains des tuyaux fuient dans l'eau souterraine et cette eau est destinée à refroidir les réacteurs dans une situation d'urgence. 

Le tritium est relativement de courte vie et pénètre faiblement dans le corps par l'air.  Chacun des rejets connus a été moins radioactif qu'un seul rayon-X.

Les principaux risques pour la santé du tritium seraient dans l'eau potable. L'US Environmental Protection Agency affirme que le tritium ne doit pas mesurer plus de 20 000 picocuries par litre dans l'eau potable.  L'agence estime que 7 personnes sur 200 000 pourraient développer un cancer après avoir bu cette eau pendant des décennies.

Pourtant, le CNRC et l'industrie considèrent les fuites comme un problème de relations publiques et non pas comme une menace à la santé publique, montrent les dossiers et entrevues.

"L'impact sur la santé publique est proche de zéro", a déclaré Tony Pietrangelo, agent principal de l'Institut de l'industrie de l'énergie nucléaire.  C'est une question de confiance du public, ajoute-t-il.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Archives du blog

Membres

Qui êtes-vous ?